Collar x Malice -Unlimited- : Short Stories [Aiji Yanagi]

Pour finir, voici les histoires courtes de Aiji Yanagi.

【Bulle-mémoire A】

Alors que je sortais du bain et que je me séchais les cheveux, mes yeux se sont arrêtés sur ce qu’il y avait sur la table.
C’était le puzzle qui occupait Yanagi-san depuis quelques jours.

――En revenant du travail, j’avais pris l’habitude de passer souvent à l’agence, qui servait aussi de résidence pour Yanagi-san.
Normalement, nous mangeons notre dîner ensemble avant que je rentre la maison, mais maintenant que Kazuki est à l’université et qu’il pris l’habitude de rentrer plus tard, il arrive que je reste pour la nuit comme aujourd’hui.

(Yanagi-san qui se bat contre un puzzle, c’est assez mignon.)

A chaque fois que j’entre dans cette pièce et que je vérifie la progression du puzzle, il semble encore loin d’être terminé.
Pourtant, quand je vois les quelques pièces qui vont ensemble, ça me rend en quelque sorte heureuse.

(Ah… Celle-là, elle va peut-être ici.)

Je pris une pièce que je remarquai par hasard, pour essayer de la placer sur le puzzle.
Malgré mon envie d’essayer, ma main s’arrêta.
…Yanagi-san est actuellement en train de prendre son bain juste après moi.

(Si je m’en mêle, il va peut-être s’énerver.)

Yanagi-san est une personne ouverte d’esprit, mais pour ce qui est des puzzles, il est assez susceptible.

(Mais, j’aimerai bien voir le voir en colère… Enfin, c’est grave…)

Si ce n’est pas comme si je n’avais pas envie de le mettre en colère. C’est juste que j’aime l’expression calme qu’il veut toujours me montrer habituellement.

Après avoir souri à ces pensées, je remis la pièce de côté.
――Puis, je sentis une odeur douce et agréable derrière moi.

「Qu’est ce que tu fais plantée là ?」
「Kyaa ?!」

Yanagi-san qui me montra son visage s’était rapproché sans que je m’en rende compte. Mon cœur a raté un battement à l’apparition soudaine de son visage de profil.

「…Tu es trop surprise. Est-ce tu as quelque chose à te reprocher ?」
「N-Non ! Je n’essayais pas de résoudre le puzzle de moi-même !」

Dans l’urgence de me justifier, je pus entendre un petit rire.
Alors que je devais avoir l’habitude d’entendre ce son, mon cœur rata tout de même un battement.

「Ça ne me dérange pas que tu essaie un peu. Vu le nombre de pièces.」
「…Mais, si je le termine, vous serez certainement en colère, n’est-ce pas ?」
「Eh bien, effectivement… Ça t’intéresse ? Il y en a encore d’autres auxquels je n’ai pas touché, tu peux en ramener chez toi.」

Sur ces mots, il se dirigea vers un placard qui semblait contenir des puzzles.

「Ce n’est pas ça. En fait… Je pensais juste que je voulais vous voir un peu en colère… pour une fois.」

En lui avouant la vérité, il fit les yeux ronds comme s’il avait été provoqué.
……Je l’ai encore fait. Même si je le faisais souvent intentionnellement, devant lui je devenais trop franche.
Yanagi-san était rarement ébranlé, mais quand si on le cherche, s’en remettre était difficile.

「… Tu veux m’énerver ?」
「Non, je voulais dire… Pas dans un sens bizarre.」
「Normalement, je le prendrais bizarrement… Le fait d’aimer se faire gronder.」
「Ce n’est pas vrai… !」
「Enfin, je comprends à peu près ce que tu veux dire. Mais… Il est difficile de s’énerver sur rien.」

Yanagi-san, qui accepta tout simplement la chose, posa sa main sur son menton.
Alors que j’étais en train de penser que j’aimais aussi son côté-là en le regardant de profil, nos regards se sont rencontrés.

「C’est un peu différent de se mettre en colère. Mais je peux te taquiner.」
「Ah…」
「Aujourd’hui, je vais faire en sorte de ne pas être gentil.」
「J-Je n’ai pas besoin de ce genre d’effort…!」

En sentant que c’était dans un sens différent de celui auquel je pensais, je m’empressa de secouer la tête.

「Ahah, c’est dommage. Dans ce cas, quoi d’autre ? Tu veux que je fasse quelque chose de particulier ?」

Comme d’habitude, il me chuchota des mots doux, en me caressant les joues.
Quand ses doigts chaleureux me touchent, j’ai toujours envie de lui transmettre ce sentiment.

「Plutôt que de me faire quelque chose en particulier… C’est moi qui ai envie de faire quelque chose pour vous.」

Une gouttelette venant de ses cheveux mouillés tomba au sol.
Les mots « Tout d’abord, séchez-vous les cheveux » qui me sont venus à l’esprit disparurent rapidement.
――En ce moment, je voulais être immergée par cette chaleur.


【Bulle-mémoire B】

Sur ma main caressant sa joue, la petite paume de sa main vint se poser tout doucement.
Comme nous étions debout tous les deux, elle me regarda naturellement par le haut avec des yeux intenses, ce qui me réchauffa intérieurement.

「Je sais que j’ai dit que je voulais vous voir en colère… Mais par dessus tout, j’aimerai pouvoir vous faire sourire de moi-même.」
「J’essaie toujours de retenir de sourire bêtement à cause de toi.」
「Ce n’est pas la peine de se retenir pourtant…」

Comme un léger contact n’était pas suffisant, j’utilisa mon autre main libre pour la rapprocher de moi en la prenant par la hanche.
Face à cette chaleur plus proche, un soupir de soulagement m’échappa.

「D’ailleurs, est-ce que vous supportez les chatouilles ?」
「Qu’est-ce qu’il y a, tout à coup… Tu veux essayer de me faire rire physiquement ?」
「Je me disais juste que ça devrait être mignon de vous voir faible face aux chatouilles.」
「Toi alors…」

Je me retint de dire qu’elle m’aimait beaucoup trop. Il était évident qu’elle allait acquiescer en disant que ce n’était pas un excès de confiance, mais la vérité avec un sourire.
Je ne pouvais pas affirmer garder mon contrôle face à ça.

「Est-ce que je crains les chatouilles ou pas…」
「Eh, Ah… Atten… Arrêtez !」

En faisant glisser ma main qui tenait sa hanche vers son flanc pour la chatouiller, elle se cramponna à son corps tremblant.
J’étais poussé par l’envie de faire comprendre cette petite-amie plus jeune que moi à quel point elle attirait les hommes avec cette réaction.

「Aah… Je suis inquiet pour pas mal de choses.」
「… Ah, il ne faut pas faire cette tête difficile. Tenez, ces rides entre les sourcils. On va encore vous prendre pour un papa.」
「Hé. Tu n’y vas pas par des pincettes.」
「Ahah. Ça veut dire que je veux vous voir sourire.」
「Vraiment…」

Je ne sais pas si c’est parce que je me suis calmé avec l’âge, ou que mon entourage ne cesse de me dire que je suis vieux, mais récemment je le pense.
Depuis que j’ai commencé à fréquenter Ichika, j’ai rajeuni définitivement… Ou plutôt, je ne pouvais pas rester adulte.
Je m’inquiète aussi du fait que ma petite amie soit beaucoup trop charmante, mais encore plus du fait de sourire plus souvent.
Emporté par le fait qu’elle apprécie que je montre mes sentiments, je ressens mon cœur s’en enrichir.

(De loin, on ressemble sans doute à un « couple-d’idiots »(バカップル). Je ne détestais pas cette partie de moi… Ou plutôt, je l’appréciais, c’est grave…)

「Ah… Je suis contente que vous souriez, mais à quoi pensez-vous ?」
「Hmm, eh bien… Plutôt que d’en parler debout, je vais te le dire au lit.」

Je soulevai Ichika dont les joues s’empourprèrent, puis je me déplaçai vers le lit comme annoncé.
Soudain, le puzzle posé sur la table entra dans mon champ de vision. Le puzzle inachevé, représentant le ciel de l’aube.
A chaque fois que j’arrivais à poser une pièce, j’ai l’impression que mes souvenirs avec elle s’accumulent.

Je me demande comment nommer cette rencontre. Cela n’a sûrement rien d’exceptionnel pour le monde. Un quotidien habituel, et du bonheur.
――J’ai compris que pour moi, c’était tout ce qu’il y avait de plus précieux.

Publicités

Collar x Malice -Unlimited- : Short Stories [Kei Okazaki]

Voici les histoires courtes de Kei Okazuki.

【Bulle-mémoire A】

Lorsque je leva les yeux après une respiration brusque, des yeux emplis de chaleur me regardaient de haut.
Les muscles du dos me tiraient horriblement. Ils étaient si intenses, que j’avais l’impression que j’allais être mangée à tout moment.
…Pourtant, plutôt que la peur, le plaisir emplissait mes pensées.

「…Qu’est-ce qu’il y a ? Tu te sens mal ?」

Je ne savais pas comment il prenait le fait que je le fixais,  mais cette fois il y avait de la douceur dans ces yeux qui me regardaient attentivement
Mon amour sans aucun mot débordait, que j’ai inconsciemment touché sa joue avec mes doigts. Suite à ça, il me caressa la tête ce qui me permit de redevenir normale.

「Non… Euh, je vais prendre une douche.」

J’ai alors remarqué que je montrais un visage vulnérable que je fus gênée.
Alors que j’essaya de soulever mon corps qui me faisait revenir à la réalité, sa main m’arrêta chaleureusement.

「Stoop. Restons ensemble encore un moment…」
「Mais… J’aimerai me débarrasser de ma sueur――Hmm」

Il arrêta les mots que je voulais prononcer par un baiser.
En vérité, je l’avais compris. Ses yeux  disaient qu’il n’en avait pas eu assez. Et il me ménage surement.
Et il avait sûrement compris mon état d’esprit. Tout me parlant calmement, il ne se sentait pas satisfait.

「…C’est terminé maintenant.」
「Quoiー……」

En même temps que je me libéra d’un profond baiser, je toucha ses lèvres avec mon index.
En voyant son visage boudeur, je souris légèrement.

「Okazaki-san, vous devez vous levez tôt demain, n’est-ce pas ?」
「Tu peux continuer à dormir, tu sais ? Si je ferme la porte à clé en sortant.」
「Ce n’est pas le problème… Il faut dormir correctement.」
「Mais mon sommeil est plutôt efficace donc ça va… En plus, je suis avec toi aujourd’hui donc je vais bien dormir.」
「Dans ce cas, comme tu as l’occasion de dormir avec moi profites-en pour te reposer le plus possible.」
「…Méchante.」

Cachant la véritable raison avec des explications, je le regarda avec un grand sourire.
Si je me laissais encore plus emporter, je ne serai plus en mesure de cacher ma propre superficialité.

――Même si je savais qu’il n’y avait aucun sens d’y faire attention maintenant.

「… Alors, je peux dormir dans tes bras ?」
「C’est possible, mais ma douche…」
「Si tu prends une douche, tu vas mettre des vêtements, n’est-ce pas ?」
「Evidemment…」
「Alors, je ne te lâcherai pas.」
「Vraiment…」

Sans attendre de réponse il m’enlaça sans ménagement, et nos peaux se touchèrent.
Son rythme cardiaque m’a de suite était transmis.

(J’aime… ce son…)

C’est vrai qu’il était satisfaisant d’échanger de simples mots avec douceur.
Pourtant, en ressentant sa chaleur le sentiment d’en vouloir plus devenait plus fort. Je ne savais pas pourquoi.
J’étais heureuse en voyant simplement son visage souriant, mais en même temps, je voulais également qu’il montre plus d’envie envers moi.


【Bulle-mémoire B】

J’entend le son d’un coeur qui bat. Un « bom, bom » agréable, mais sûrement à un rythme un peu plus rapide que la normale.
Cela ressemblait au son d’une berceuse, je savais pas si c’était le sien ou le mien.

Ce serait si bien si l’on pouvait se fondre ensemble et ne devenir plus qu’un.

「…Mais, Okazaki-san… Vous comptez dormir de cette façon ?」

「Hmm… Ce n’est pas possible ?」

「S’éloigner un peu plus m’arrangerait…」

「C’est horrible…. Je veux rester coller moi.」

Maintenant que la fièvre orageuse est passée, une agréable sensation de fatigue m’attaqua.
L’anxiété, la convoitise, la solitude disparurent laissant seulement un sentiment de sécurité m’envelopper.
En vérité, plutôt que de se laisser porter par la fièvre, je préférais ce genre de moments.

「… Ces derniers temps, je commence à penser qu’il est dommage de dormir.」
「Qu’est-ce qu’il se passe, vous qui adorez dormir…」
「Parce que, si on s’endort, le jour se lève.」
「Ça ressemble a ce que dirait un malade chronique…」
「Ce n’est pas ça. Je veux dire que je n’aime pas devoir me séparer de toi.」
「Aah…」
「Ta réaction n’est pas bizarre ? Tu devrais être embarrassée.」
「Ahah… Non, moi aussi je comprends ce sentiment donc ça m’a convaincu.」
「… Vraiment ? Tu n’aimes pas être séparé de moi ?」
「N’est-ce pas évident ?」

Avec un sourire amer, elle entoura ses bras autour de moi fermement.
Les battements  sont devenus un peu plus rapide que tout à l’heure. Mais comme avant, je ne sais pas de qui ils proviennent.

「Alors… Rapproche-toi.」
「Même maintenant, nous sommes bien proches.」
「… Ce n’est pas assez.」

Je pensais devenir plus calme une fois qu’on serait devenu un couple, et qu’on se serait promis un avenir commun.
Pourtant, le sentiment d’en vouloir toujours plus s’approfondissait, et les jours s’alternaient entre la frustration et la sécurité.
Ces derniers temps, je continue à penser que l’amour n’est pas de tout repos.

「Je me laisse influencer par toi…」

Tout en riant à sa voix se plaignant que ce n’était pas volontaire, je fermais progressivement les yeux face à mon sommeil devenu plus fort.
Si on pouvait tous les deux couler au fond l’eau où l’on ne pourrait plus respirer, je pensais légèrement.
Pardonnant à ce seul instant mon moi corrompu, j’étouffais cette pensée.

Collar x Malice -Unlimited- : Short Stories [Mineo Enomoto]

Voici les histoires courtes de Mineo Enomoto.

【Bulle-mémoire A】

「Tiens, et Kazuki ?」
「Sa réunion semble durer plus longtemps que prévu. J’ai reçu un message disant qu’il rentrera pour le dîner.」
「Je vois. Il travaille dure lui aussi…」
「Oui. …Mais comme ça ne semble pas toujours être amusant, c’est sûrement éprouvant.」

Je baissa les yeux vers Ichika rangeant tranquillement les aliments dans le frigo.
J’ai ressenti une sorte de solitude à son visage de profil, et je souris amèrement.

Le visage sérieux qu’elle montre lorsqu’elle travaille est différent du sourire insouciant qu’elle me montre.
Son côté grande-sœur quand elle s’inquiète de son petit-frère semble quelque peu fragile… Il m’arrive de m’inquiéter un peu lorsque je le vois.
Ayant moi-même une petite sœur, je la comprends mais observer l’évolution de quelqu’un avec qui on a grandit ensemble n’est pas seulement que bonheur, c’est compliqué.

「Les étudiants n’ont jamais assez de temps entre les études, les jobs et les passe-temps…Je vais lui envoyer un message disant de ne pas se forcer pour aujourd’hui.」
「Ah, si vous faites ça, Kazuki va bouder. Il attendait avec impatience de dîner avec vous.」
「Oh, sérieusement ? … Vraiment, qu’est-ce qu’il est mignon ! Du coup, je vais me motiver à préparer quelque chose pour lui ! Je vais aussi aider.」
「Ahah, merci beaucoup. Commençons tout de suite.」

C’était une soirée tranquille. Après le travail, nous avons faits des courses avant de nous rendre dans la maison d’Ichika.
――Rentrer ensemble du même lieu de travail, faire la cuisine côte-à-côte, puis faire face pour préparer le dîner. Ce n’est évidement pas comme ça tous les jours, mais plusieurs fois par mois nous passons du temps ensemble de cette façon.

Ce qui peut paraître un quotidien normal pour d’autres, je considère ça comme un miracle.

「Mineo-san, je peux m’occuper de la suite après, vous pouvez regarder la télévision tranquillement.」
「Hm, vraiment ? Dans ce cas, je vais profiter.」
「Ah, il y a aussi de la bière fraîche, vous voulez en boire ?」
「Quoi ! Est-ce que je peux vraiment ?!」
「Et puis, ce sont des restes d’hier mais il y a des bâtons de chrysanthèmes au sésame, alors vous pouvez aussi en prendre avant de boire.」
「Hmm… Non non, tu es aussi fatiguée par le travail. Être le seul à commencer à se détendre…」
「Vous étiez fatigué aujourd’hui, et vous vouliez boire n’est-ce pas ?」
「Mais tout de même…」
「Et puis… On ressemble un peu à des jeunes mariés comme ça.」
「?! Des jeunes mariés… !?」

Toute sourire, la silhouette portant un éperon d’Ichika se retourna légèrement pour tendre une canette de bière.

(…Serieusement, je me demande si un jour je serai puni pour ça…)

Tout en murmurant ses mots intérieurement, je me posa devant la télé une bière à la main.

Mélangé aux sons de l’émission de variété, on pouvait entendre Ichika manipuler le couteau de cuisine.
Avec le bruit de la soupe miso en train de bouillir, la pièce était enveloppée de sons la rendant vivante.

(Est-ce qu’un jour, ça deviendra… notre quotidien habituel… ?)

Pris entre la fatigue du travail et l’alcool, je ressentis une sensation de flottement.

――Doucement, le monde tourne. Mais ce n’est pas seulement à cause de la fatigue et de l’alcool.
Dernièrement, j’ai tout le temps… était heureux, avec l’impression de toujours tourbillonner de joie.


【Bulle-mémoire B】

En apportant les assiettes pour servir les plats dans le salon, je le remarqua.
Mineo-san était étalé sur la table, une canette de bière à la main.

「.……Mineo-san ? Est-ce que ça va ? Vous avez envie de dormir ?」
「Hmm… Ça va… Je suis juste un peu étourdi…」
「Ce n’est pas bon de laisser une bière entamée ouverte… Est-ce que vous vous sentez mal ?」
「Nan…. Héhé… Au contraire… Je me sens super bien…」
「Le repas est prêt. Kazuki va sûrement bientôt arriver.」

Après avoir souri aux bribes de réponse de Mineo-san, j’apporta les plats préparés sur la table.
――Puis, je me retourna en sentant un regard sur moi et étrangement, il m’observait calmement.

「… Tu sais, quand je suis avec toi… Je deviens Ouaah.」
「Quoi ?」
「Woo, woo… Ouaah.」
「Vous êtes pas mal ivre, n’est-ce pas… ?」
「J’aimerai que ce soit pareil pour toi…」
「Euh, Mineo-sa――」

Alors que j’allais lui proposer de l’eau, j’ai perdu mes mots quand il m’a soudainement pris le bras.
Son visage est suffisamment proche pour sentir sa respiration, et nos battements de cœurs se sont rejoints.

「…Dis. A quoi est-ce que tu penses, quand tu es avec moi ?」
「A quoi… Qu’est-ce qu’il y a, tout d’un coup ?」
「Moi, je me sens flotter, je suis heureux et mon cœur n’arrive pas à se calmer.」
「Je ressens la même chose.」

A son comportement enfantin, je lui rendit un sourire forcé.
Je l’ai remarqué sur le chemin du retour, et je pense que son travail ne s’est pas très bien passé aujourd’hui.
Son visage semblait fatigué, et sa voix n’avait pas de motivation. Mais il n’était pas du genre à se plaindre pour ce qui est essentiel.

「Moi aussi, quand je suis avec vous, je me sens bien et mon cœur n’arrête pas de battre. C’est pareil.」
「Pareil… Je vois ! Génial !」

Lorsqu’il sourit pleinement après avoir eu l’air mélancolique, je souris de même tout naturellement.
Quand je retourne passer à la police de temps en temps, et qu’il semble être plus adulte qu’avant, le voir avec une expression innocente avec moi me rendait heureuse.

「Dans ce cas, tournons ensemble~ Dansons jusqu’à l’étourdissement~」
「Allons, Mineo-san… Le repas va refroidir.」

Sa main me tenant fermement, et m’enlaçant, sa température ne faisait que d’augmenter rapidement.
Alors qu’il est assez rapidement embarrassé d’habitude, je trouvais ça injuste qu’il puisse être aussi audacieux de temps en temps.

Mais en vérité, je voulais moi aussi être plus proche de lui.
Profitant du fait qu’il soit ivre, je posa doucement ma tête sur sa poitrine.

――Une dizaine de minute après, inutile de préciser le visage ahuri de Kazuki rentrant à la maison.

Collar x Malice -Unlimited- : Short Stories [Takeru Sasazuka]

On continue avec les histoires courtes de Takeru Sasazuka.

【Bulle-mémoire A】

J’entendis un profond soupir derrière moi, en sentant un regard sur mon dos.

「…Hé, regarde par ici.」

Malheureusement, je suis faible face à cette voix.
D’habitude, je me serai tournée vers lui par réflexe.

「Tu m’ignores. Tu as du cran, Pochi.」
「Je ne suis pas Pochi.」

Mais aujourd’hui, j’ai décidé de ne pas me retourner.
J’ai également des seuils de tolérance, et je sais que dans une relation il n’est pas correct d’être dirigé sur tout et n’importe quoi.

「Je n’ai pas assez de temps libre pour jouer à la devinette.」
「…………」
「Si tu as quelque chose à dire, dis-le clairement.」
「C’est ce que vous faites tout le temps, pourtant.」
「Quoi ?」
「Il est rare de ne pas vous entendre dire « Devine », « Tu n’as pas besoin que je le dise pour comprendre ».」
「…………」

Alors que je pensais qu’il allait répondre aussitôt, je n’entendis pas de prochain mots. Ça a eu plus d’effet que je pensais, ou bien il en a assez.
Perturbée par ma détermination qui commençait à s’effriter, je sentis soudainement une chaleur sur mon dos.
Ainsi, son bras m’enlaça chaleureusement depuis derrière.

「Sasazuka-sa――」
「Montre-moi ton visage.」
「…………っ」
「Ton visage qui fait la moue, je l’aime bien.」
「……Vous êtes, injuste.……」
「Je l’ai clairement dit avec des mots.」
「……Est-ce que c’est parce que vous étiez triste de ne pas voir mon visage ?」
「…………Peut-être.」

Tout en murmurant, il posant ses doigts sur ma mâchoire pour m’obliger à me retourner.
Comme je le pensais, il semblait vouloir dire quelque chose avant de se bloquer.

(C’est vraiment… une personne injuste.)

Ce n’est pas qu’il déteste s’exprimer avec des mots, mais peut-être qu’il a dû mal à s’exprimer avec des mots.

Pendant notre relation qui commence à durer, je découvre petit à petit sa maladresse. Son visage boudeur qu’il ne montre qu’à moi, ses côtés enfantins, je ne peux que les trouver adorable.


【Bulle-mémoire B】

Lors que je ferme les lèvres en faisant semblant de donner un long baiser, et qu’ensuite personne ne se réclame, on se fait face.
――J’aime regarder ce visage et que ça me donne envie de t’embrasser, c’est ta faute.
Si je lui dit ça, elle va sans doute encore s’énerver.

「……Donc ?」
「Haa… Ha… Hé. N’essayez pas de m’avoir avec un baiser…」
「J’ai eu envie de le faire, je l’ai juste fait.」
「Sérieusement… J’ai compris. Vous avez essayé de me calmer à ta façon.」
「…………Considère la chose comme ça.」

Comme c’est embêtant et que j’ai pu la convaincre, et qu’elle essaie de comprendre la réelle intention du baiser, j’aurais pu laisser les choses comme ça.
Mais pouvoir corriger le problème est une autre histoire. Parce que je n’en connais pas la raison.

「Donc, pourquoi tu étais en colère. Est-ce parce que j’ai mis des chaussettes à l’envers dans la machine à laver ?」
「Ce n’est pas ça. Mais ne les mettez pas à l’envers dans la machine s’il-vous-plaît.」
「Oui, oui. Alors, c’est ça. Tu ne semblais pas vouloir, hier soir――」
「Pas du tout ! Parce que vous avez commandé de la pizza !!!」
「Quoi ?」

En revenant sur la question, je me suis souvenu de l’existence d’un regard vide.
Avant ça aussi, elle s’était mise à bouder toute seule, je me suis demandais quelle était la raison et c’était parce que j’avais commandé de la pizza ou quelque chose comme ça…

「Tu as quelque chose contre les pizzas ?」
「Comment ?」
「Tu es quand même difficile. Tu ne serais quand même pas jalouse de la nourriture ?」
「…………C’est ça.」

J’avais dit ça avec l’intention de faire une légère blague, et je me suis retrouvé avec un regard sérieux en face.

「……Enfin, plutôt que de la jalousie. Aujourd’hui, j’avais l’intention de cuisiner des choses que vous aimez en achetant plusieurs aliments, et j’ai envoyé un message demandant à quelle heure vous allez arriver, n’est-ce pas ?」
「……Ahー……」
「Pourtant, à l’instant où j’ai ouvert la porte, est-ce que vous comprenez le sentiment que j’ai eu quand la bonne odeur de pizza m’a imprégnée… !!」

Qu’elle abandonna ou non, la voir sa silhouette larmoyante tout en me frappant avec un coussin me donna naturellement un sourire amer.
Avec ça, je comprenais la cause de sa colère. En fait, au moment où j’avais reçu son message, j’avais déjà commandé la pizza mais il était sans doute inutile de sortir ce genre d’excuse.

「J’avais tellement faim que je n’ai pas pu me retenir. J’ai encore pas mal de place, la pizza n’était qu’un apéritif. J’avais aussi l’intention de manger ton repas.」
「Vous connaissez l’expression « La faim est le meilleur de assaisonnement » ?」
「Je la connais. Mais, même sans avoir faim, ton repas est bon.」
「……Je ne me ferais pas avoir par ces mots ! Mais merci !!」
「Pff… Haha…. Sérieusement, je m’ennuie jamais avec toi.」

Le légère sentiment de tension dans nos voix disparut sans que je m’en rende compte, et à mon rire, ma petite-amie se mit aussi à rigoler à ne plus le supporter.

「… Je n’étais pas en colère à ce point, mais j’y suis allée un peu fort. Désolée.」
「Idiote, ne t’excuse pas. Tu as pu te débarrasser de ce que tu avais à dire. Moi aussi, je ne suis pas parfait.」

Pour m’avoir devancer en s’excusant honnêtement, mon affection pour elle pris le dessus.
En l’attirant de nouveau, j’embrassa ses yeux, ses cheveux. La sensation de ses doigts fins saisissant mes vêtement derrière mon dos me fit sourire.

――Contrairement à l’époque de notre rencontre, j’apprend beaucoup de choses de sa part.
Il y a des choses qui sont comprises sans rien dire, ou des choses qui ne sont pas comprises sans des mots, mais malgré ça l’amour gagne par rapport à la frustration. Ce n’est pas à sens unique, c’est parce qu’on partage les mêmes sentiments que l’on ressent ça.

「Bien, jusqu’à ton repas, je vais augmenter mon appétit.」

Sur ces mots, j’approfondis mes baisers, et le visage devant mes yeux commença à se précipiter.

「A-Attendez s’il-vous-plaît. Je dois commencer à préparer le repas…」
「 »La faim est le meilleur de assaisonnement », n’est-ce pas ? Si je m’exerce modérément, mon ventre va se vider.」
「Vous chipotez… !!」

Tout en faisant semblant de ne pas entendre sa voix protestataire, je bloqua ses lèvres une nouvelle fois.

Par rapport à avant, j’ai commencé à m’exprimer avec des mots plus souvent.
S’exprimer avec des mots est devenu moins embêtant, et même je dis autant de choses que je veux quand j’en ai l’envie.

Mais en même temps, les transmettre avec des gestes reste plus efficace.

Collar x Malice -Unlimited- : Short Stories [Kageyuki Shiraishi]

Je suis de retour ! Le fandisk de Collar x Malice, intitulé Collar x Malice -Unlimited-, sortant prochainement, j’ai décidé de traduire les histoires courtes présentes sur le site officiel.

On commence par celles de Kageyuki Shiraishi.

【Bulle-mémoire A】

Les mots écrits sur le papier blanc commençait à s’user peu à peu.

L’encre noir se brouillait, comme s’il coulait vers un fond d’eau.

(Encore combien de fois, je vais pouvoir la relire ?)

(Encore combien de fois, je vais la relire avant de pouvoir te revoir ?)

Sans se soucier de l’user encore, j’enlaça la lettre près de ma poitrine pour ressentir ses sentiments.

Même si cette lettre disparaissait ou que ses mots s’effaçaient, que la prochaine lettre n’arrivait pas, je ne serai pas triste.

Toi et moi, nous sommes sous le même ciel. Dans le même monde, nous vivons en partageant les mêmes sentiments.

C’est assez pour moi. Parce qu’en regardant le ciel étoilé, je suis lié à toi.

Même en étant éloignés, nous sommes liés.


【Bulle-mémoire B】

Une boîte vide.

Infiniment haut, un plafond tout blanc.

Fermée à clé, une porte noire.

Le monde qui nous constitue est simple.

Ici, une couleur spécial comme le « cœur/sentiment » est inutile.

『Quel genre de paysage peut-on voir à l’extérieur de cette cage ?』

Il ne vaut mieux pas avoir ce genre d’attente.

『Qui pourrait m’attendre à l’extérieur de cette cage ?』

Être pris par ce genre d’illusion est une erreur.

『Est-ce que… je pourrais devenir quelque chose d’irremplaçable ?』

Ce genre d’espoir ne sera pas exaucé.

――La voix qui contrôle mon cerveau depuis que je suis né essaie de me résigner.

「…………Je ne veux pas.」

Tout de même, je tendis la main.

「Je…n’abandonnerai plus.」

Je veux vivre pour quelqu’un, pas comme un outil jetable.

Je n’ai besoin de rien d’autre. Je veux juste marcher dans le même monde que toi.

Les lettres que je t’écris sont composées que de noir et de blanc. Ainsi, ça ne change rien à auparavant.
Comme d’habitude, mon monde est fait de couleurs simples.

C’est pourquoi, un instant suffirait.
Dans un monde coloré d’une couleur précieuse, je veux te revoir.

Je veux entendre ta voix.